Publié par : hirofarepote | janvier 9, 2012

L’OPT : un monopole-colosse aux pieds d’argile. La faute à qui ?

L’OPT consent à communiquer sur une partie de sa stratégie de développement à venir. Ce n’est pas trop tôt, mais le moins que l’on puisse dire est que la réactivité, l’imagination, la créativité et l’innovation ne sont pas au pouvoir…

Voilà un monopole puissant qui a bloqué toute velléité de concurrence depuis au moins 20 ans, Etat dans l’Etat qui a vu fleurir corporatisme syndical, technostructure inefficace, mais imbue de ses prérogatives, clientèlisme politique, abus de pouvoir, lobby-isme forcené auprès des institutions politiques, alliés politiques de tous poils pour ne surtout rien changer à sa situation hégémonique ….qui nous annonce la constitution d’un super monopole avec la fusion-absorption de toutes ses filiales-vaches à lait. Ceci pour éviter…. « sa mort » ( dixit son Président de Conseil d’Administration).

Voilà tout un conglomérat- l’OPT et ses filiales – qui après avoir tiré sur la corde des surmarges plantureuses, des salaires exorbitants,d’un sureffectif avéré, d’une baronnie de cadres aussi nombreux qu’inefficaces, des remontées de profits généreux de ses filiales vaches à lait…. qui nous annonce, après au moins deux décennies d’inertie, qu’il est particulièrement fragile. C’est le comble du comble !

Il est particulièrement scandaleux que nous en soyons arrivés là !

En effet, comment cette technostructure de fonctionnaires hyper-payés ( bien au-delà de la grille salariale, déjà très confortable, de la fonction publique territoriale) a pu conduire cet EPIC au bord du gouffre, alors que ce dernier pratique des tarifs exorbitants à l’abri derrière son monopole ?

Rendre « Skype » responsable de cette situation serait à mourir de rire si le devenir de plusieurs centaines de salariés n’étaient en jeu. Je rappelle, d’ailleurs, que Skype est interdit de séjour dans toute l’administration. Le pouvoir politique enjoint à cette dernière de faire des économies de fonctionnement…sauf dans les frais de téléphone…. ceci pour ne pas « fragiliser » le monopole qui pratique des tarifs exorbitants.

Non, l’OPT, risque de mourir de l’incompétence de ses dirigeants successifs qui n’ont pas su renouveler son modèle économique.

Rappelons-nous, comment toutes proportions gardées, la Poste métropolitaine et France Télécom, ont opéré leur mue, malgré les obstacles internes, dont le moindre n’était pas le contre-pouvoir syndical qui co-gérait ces mastodontes.

La poste française, face à la concurrence des autres postes européennes, notamment l’allemande, se réforme à marches forcées: automatisation du traitement du courrier, création de nouveaux services, boutiques transformées en plate-formes de nouveaux services, banque postale particulièrement dynamique dans la proposition de nouveaux services bancaires, accroissement de la productivité des personnels, réduction des effectifs du fait des gains de productivité….

France Télécom, devenue Orange, pour faire face à la concurrence, est partie à l’assaut des marchés étrangers avec beaucoup de réussite, s’est positionnée fortement dans la téléphonie mobile, s’est diversifiée dans l’offre de nouveaux contenus…. Malgré la concurrence intense, le monopole historique est resté dans la course et a su retrouver un dynamisme perdu derrière le confort dangereux du monopole.

Malgré – ou grâce à – cette concurrence intense, le chiffre d’affaires global des postes et télécoms s’est accru dans des proportions importantes au plus grand plaisir de tous les opérateurs ( tous bénéficiaires)….et de l’Etat français ( au titre de l’impôt sur les sociétés).

Ici, en Polynésie, face au scénario inéluctable de la régression de la téléphonie fixe, qu’a fait l’OPT, si ce n’est vampiriser les bénéfices de ses filiales monopolistiques vers un « siège » rigidifié par son corporatisme et son monopole « ad vitam aeternam » ? Son encadrement a vu, sans piper mot et surtout, sans agir, le chiffre d’affaires de la téléphonie fixe fondre comme neige au soleil. Ainsi, les produits d’exploitation de l’OPT stricto sensus, stagnent depuis de nombreuses années :

  • 2006 : 17,1 milliards de f CFP;
  • 2007 : 17,6 milliards de F CFP;
  • 2008 : 17,6 milliards de F CFP;
  • 2009 : 17,7 milliards de F CFP;
  • 2010 : 17,9 milliards de F CFP.

Il en est de même en ce qui concerne le résultat net :

  • 2006 : 1,6 milliard de F CFP ;
  • 2007 : 1,8 milliard de F CFP;
  • 2008 : 1,8 milliard de F CFP;
  • 2009 : 2,1 milliards de F CFP;
  • 2010 : 1,1 milliard de F CFP.

Et encore, il serait intéressant de voir comment a été constitué ce résultat net. Il ne faut pas être grand clerc pour deviner que c’est la « remontée » des bénéfices plantureux des filiales, notamment de tikiphone, qui explique l’essentiel de ce résultat net…

Oui, il y a bien eu une inertie coupable de tout l’encadrement de direction qui a été incapable de proposer aux administrateurs- constitués de politiques aveugles et ignares des grandes tendances d’évolution des postes et télécoms au niveau mondial- une nouvelle stratégie de développement.

Il est d’ailleurs flagrant de constater que face à une bérézina incompréhensible, l’OPT vient, une fois de plus, chercher l’appui, voire la bénédiction du Vice-Président du gouvernement.

Et que fait ce pouvoir ?

Au lieu d’un encouragement à l’émulation et à la concurrence, le pouvoir uplédien sacrifie encore une fois son rôle de garant de l’intérêt général et des consommateurs polynésiens et se transforme en défenseur des intérêts d’un monopole qui veut devenir un « super-monopole ».

Super-monopole, parce que les monopoles Tikiphone, TNS et Mana vont rejoindre le monopole-OPT.

Super monopole, car les barrières à l’entrée pour une concurrence que l’on attend toujours ( du fait des croches-pattes de Jacqui DROLLET adressés à Digicel et aux autres opérateurs « virtuels ») vont être encore plus élevées.

Ainsi, les offres « triple play » ou « quadruple play » annoncées seront l’exclusivité du super-monopole… puisque, par définition, il n’y aura pas de concurrent global en face…

A la logique de fermeture à la concurrence de ces deux dernières décennies, la technostructure de l’OPT épaulée par le pouvoir politique du moment, répond par encore plus de fermeture.

A ce jeu, le Pays verra disparaitre encore plus vite les bénéfices prélevés au titre de l’impôt sur toutes ces filiales monopolistiques. Alors que la solution était l’ouverture, l’émulation, la concurrence, source de développement des marchés et d’accroissement global des chiffres d’affaires du fait de la dynamisation de la demande. C’est ce que l’on a constaté dans tous les pays qui ont joué le jeu de l’ouverture à la concurrence. A contrario, en Polynésie, le chiffre d’affaires de l’OPT a stagné, preuve qu’il a vécu sur ses lauriers sans se remettre positivement en cause.

Alors, on nous dit : nous avons gelé les augmentations de salaires depuis 3 ans et celà sera aussi le cas cette année. Encore heureux, car a-t-on vu les arbres monter jusqu’au ciel ? Le président du CA de l’OPT sera t-il transparent au point de nous communiquer les salaires des 20 plus hauts cadres dirigeants de l’OPT et le salaire moyen qui a cours dans son Etablissement ? Et on verra que, malheureusement, la rente de monopole n’a pas été perdue pour tout le monde….

Et l’intérêt des consommateurs polynésiens qui se sont faits plumer de plusieurs milliards de F CFP de pouvoir d’achat en l’absence des baisses de tarifs qu’auraient immanquablement créé des concurrents dans la téléphonie mobile, dans l’internet et dans la télévision payante depuis au moins une décennie? Il est sacrifié sur l’autel du super monopole …

Qu’on se le dise, la réforme vise à faire face à la réduction des bénéfices plantureux de la belle époque de la « belle endormie ». Avec cette logique, attendons-nous, amis consommateurs :

  • au mieux, à une diminution cosmétique des tarifs en offre triple play ou quadruple play, question de faire croire a une pseudo plus grande efficacité ;
  • au pire, à une augmentation de tarifs déjà exorbitants, pour que l’OPT se renfloue sur le dos des consommateurs… pour retrouver le bon vieux temps de l’augmentation inconsidérée des salaires et des effectifs malgré les évolutions technologiques. Monopole oblige….

J’espère que les associations de consommateurs ne seront pas dupes, justement, de ce jeu de dupes. Et qu’ils compareront avec l’offre de Free, en France métropolitaine, qui sera connue à la fin du mois de janvier 2012. De combien la future offre triple play ou quadruple play de l’OPT sera le multiple de celle de Free ? De trois fois, de quatre fois, de cinq fois ? Les paris sont ouverts…

Aux politiques : ayez le courage de tourner le dos à cette collusion éhontée avec des intérêts indéfendables d’une caste qui ne s’est pas remise en cause. Après tout, les entreprises incapables de se réformer meurent… pour laisser la place à d’autres entreprises plus agiles. Le capitalisme, comme la nature, a horreur du vide, pour peu qu’on le laisse fonctionner là où il a fait la preuve de son « efficacité ».

Je n’irai pas donc pas déposer une gerbe « à la mort » de l’OPT ( si mort il y a, ce dont je doute vu le poids du lobby…). Je dirai au contraire : que vivent Digicel, Mara Télécom, Pacific Mobile, Viti et aux autres concurrents éventuels de Tikiphone, Mana et de TNS… Face à la sclérose, ouvrons les portes et les fenêtres !


Responses

  1. Bonjour,

    Je suis d’accord avec toi sauf une chose: Il ne faut absolument pas comparer les tarifs des divers abonnements avec ceux de Free/Orange ou autre.
    Parce que sinon pourrait parlet d’un autre monopole qui dure et lui, ne rapporte rien au « gouvernement ».: EDT.

    Merci pour ton blog toujours très intéressant.

  2. […] vous invite à lire cet article très pertinent sur le phénomène « OPT ». Je tenais quand même à donner […]

  3. […] } #themeHeader #titleAndDescription * { color: black; } hirofarepote.wordpress.com – Today, 12:44 […]

  4. […] J’avais, par exemple, déjà dénoncé, la déficience du pilotage d’un établissement public tellement stratégique pour le Pays, à savoir l’Office des Postes et Télécommunications. De nouvelles informations confirment la gabegie et l’improductivité de l’encadrement, le clientélisme et le népotisme qui s’est poursuivi sous les "bleus". Il en résulte une inertie coupable en, matière, par exemple, d’investissements stratégiques. Ne reste que la privatisation pour sauver le "soldat OPT". Il est dommage que les ministres des télécoms précédent n’aient pas eu le courage de concrétiser leurs annonces dans ce sens. On risque, un jour, de payer douloureusement l’addition… […]

  5. […] L’OPT : un monopole-colosse aux pieds d’argile : la faute à qui ? […]


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :