Publié par : hirofarepote | décembre 3, 2011

Intégration au rabais dans la fonction publique territoriale : à contre-courant du rapport BOLLIET !

Qui disait que le CESC était utile ?

La preuve : Monsieur Pierre FREBAULT vient de s’asseoir sur l’avis défavorable de cette Institution relatif à l’intégration de salariés de la flottille administrative au sein de l’administration territoriale, cas similaire à ce texte relatif à l’intégration de personnels des établissements publics . Plutôt que de présenter ce nouveau texte à l’avis du CESC ( il connaissait sans doute à l’avance la réponse…), le Ministre a préféré faire parler sa fibre de syndicaliste au détriment de l’intérêt général en « négociant » derrière le dos de tout le monde avec certains de ses copains, dans une collusion parfaite avec l’oligopole syndical des établissements publics concernés. Et le Président du Pays, suivi par sa majorité à l’Assemblée de Polynésie française, s’est couché face à ce lobby qui cogère de fait la fonction publique. Et les leaders syndicalistes qui avaient vôté contre ce projet de texte au CESC, où sont-ils ? Décidément, on nage en pleine hypocrisie…

Monsieur Jean-Paul BARRAL, le Saint Just du Service Public, a eu bien raison de quitter l’attelage qui jette par-dessus bord les grands principes d’une bonne gouvernance. Bien loin sont les déclarations de Monsieur Oscar TEMARU sur la nécessité de baisser les salaires du secteur public…. Comment la parole présidentielle pourrait-elle être respectée quant on fait carrément l’inverse de ce que l’on dit ? Du courage en politique…

Intégrer sans concours des salariés d’établissements publics au sein de la fonction publique territoriale, en envisageant, qui plus est, de leur verser une indemnité différentielle pour prendre en considération le fait qu’ils étaient « surrémunérés » dans leurs établissements bafouent les principes mêmes sur lesquels s’était difficilement bâtie la fonction publique du Pays.

Une fonction publique déjà en sureffectif qui va accueillir « généreusement » on ne sait combien de gens à on ne sait quelles conditions. Un surcoût incompatible avec la situation financière, très grave, du Pays. Au fait, le budget primitif 2012 l’a-t-il prévu ? Ce budget est-il, du coup, « sincère » ? N’a-t-on pas encore une fois minimisé de nombreuses dépenses et maximisé les recettes ? Plus généralement, ce texte vôté par l’Assemblée de la Polynésie française ne contredit-il pas certaines dispositions de la fonction publique territoriale ? Seul un recours auprès du tribunal administratif nous le dira…

Il est quand même incroyable que l’on déforme l’agencement statutaire qui régit un corps, la fonction publique territoriale, de plusieurs milliers d’agents, normalisé depuis à peine 15 ans, pour quelques dizaines ? quelques centaines ? de salariés. Surtout que l’on « apprend » par la bande que nombre d’entre eux ont des rémunérations anormalement élevées, beaucoup plus élevées, en tous les cas, que celles prévues par la grille salariale des fonctionnaires territoriaux ( cf mon précédent billet sur le salaire moyen à l’EAD notamment).

Au passage, on a bien la preuve que tous ces établissements publics se sont « développés » comme autant d’électrons libres, sans aucune transparence quant aux effectifs, aux rémunérations et avantages octroyés à leurs personnels. Des féodalités sans contrôle, ou pire, cautionnées par tous les ministres, Présidents de conseils d’administration à leurs bottes. Portes ouvertes à tous les clientélismes, népotismes et favoritismes que ces mêmes responsables politiques UPLD critiquaient en d’autres temps…. Oui, si ces établissements publics ont dérivé à un tel point, il est temps de les fermer TOUS et de transférer toutes leurs « missions » au secteur privé !

Si Monsieur Oscar TEMARU, « son » gouvernement et « sa » majorité voulaient faire un pied de nez à la dame BOLLIET qui arrive » incessamment sous peu », ils ne s’y prendraient pas autrement.

Et dire que l’Etat cautionne une telle décision après avoir pendant plusieurs mois fait croire que le prêt de l’AFD était conditionné par un plan de redressement crédible… alors que l’on s’aperçoit, après coup, que les propositions ministérielles du gouvernement Temaru n’étaient qu’un écran de fumée !

L’Inspection générale de l’Administration, après avoir organisé les Assises du Service public, après avoir incité « la société civile » à émettre de doctes recommandations, n’a plus qu’à revoir son plan de marche et aller porter cette nouvelle bonne parole gouvernementale aux « vrais » agents de la fonction publique territoriale qui voient fondre à la vitesse grand V leur moyens de fonctionnement et d’intervention…. Oui, mesdames et messieurs les agents, après vous avoir dit de « faire mieux avec moins », on décide tout d’un coup de payer plus cher certaines personnes à ne pas faire grand chose… puisque c’est la crise…. On nage en pleine cohérence, n’est ce pas ? Ces agents « normaux », avec l’appui de leurs syndicats ( qui sont les mêmes que ceux des établissements publics concernés) n’ont plus qu’à revendiquer les mêmes indemnités différentielles que les « nouveaux intégrés » sur la base du principe de l’égalité de traitement ! Tous ensemble, tous ensemble, ouais, ouais !

A quand un texte permettant de recruter des membres de la famille de nos élus politiques sans concours ? Maintenant qu’on a introduit un gros ver dans le fruit, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

Et tant pis pour les jeunes qualifiés qui veulent se destiner à un « service public » digne de ce nom et qui submergent les nombreux « forum de l’emploi » organisés à droite et à gauche comme autant de planches de salut. Ils n’ont plus qu’à attendre que tout ce beau monde parte à la retraite…. c’est à dire aux calendes grecques !

Ah si : j’oubliais. Il leur restera les emplois de professeurs payés par l’Etat que notre Ministre indépendantiste a la fierté de leur proposer pour remplacer les « papaa » dans le cadre de l’océanisation des cadres (mais surtout pas de l’océanisation du budget de l’Education). A condition de passer un concours, ils auront la sécurité de l’emploi…du moins jusqu’à l’indépendance promise…

C’est ce qu’on appelle une politique à géométrie variable.

Mauruuru Oscar !


Responses

  1. Pour facebook: Voir mon commentaire sur le site
    https://hirofarepote.wordpress.com/2011/12/03/integration-au-rabais-dans-la-fonction-publique-territoriale-a-contre-courant-du-rapport-bolliet

  2. Bonjour Hiro,

    En 2005, Nicole Bouteau avait déposé un recours devant le Conseil d’Etat et avait été entendue, pour dénoncer les intégrations de personnels de cabinets ministériels dans le fonction publique. Cette loi du pays avait donc été annulée par les juges administratifs, au motif que cette intégration dérogeait aux principes d’égalité de recrutement des fonctionnaires.

    A mon avis, nous sommes là dans un cas similaire. Il suffirait donc qu’une partie intéressée dépose un recours identique et elle serait surement entendue. Mais qui aura le courage d’une telle procédure ?

    • Bonjour xoftahiti,

      Merci de cette précision juridique. Cela me semble être, somme toute logique, tellement la ficelle « syndicale » est grosse.Entre le rapport de forces et la force de la loi, il y a un fossé.

      Maintenant,si la  » peur » de déposer un recours est si forte, c’est à s’inquiéter de l’état de la démocratie polynésienne.

      Bien cordialement.

  3. Bah, toutes les fonctions publiques et tous les grosses structures privées connaissent ce genre de travers. Pour le privé les réalités économiques en limitent naturellement le développement.
    Pour le public, la seule limite est la capacité à voler le moutontribuable et faire de la dette de la force publique.
    La pluie de projets fiscaux inclus dans le rapport de la dame aux impôts montre que l’on n’est pas encore arrivé à cette limite.

    Tant que vous continuerez d’analyser la société dans un paradigme socialiste , de croire en une éthique de façade ridiculement étalée dans ces rapports Bolliet et autres, nous seront confrontés à la progression de la misère et de l’abus de droit.

    Soyez libéraux, soyez d’éthique libérale, ou ne soyez pas étonnés de manger vos propres incohérences.

  4. […] Intégration au rabais dans la fonction publique territoriale : à contre-courant du rapport BOLLIET … […]


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :