Publié par : hirofarepote | mars 1, 2011

Inflation importée en Polynésie française ?

Pendant que nos hommes politiques sont dans leur bulle et leur lutte de pouvoir, les nouvelles sur le front de notre approvisionnement énergétique et alimentaire par les importations ne sont pas bonnes. Dans de nombreux pays, l’inflation est de retour. Au cours des douze derniers mois, l’augmentation des prix a dépassé 2 % l’an dans la zone euro, 4 % au Royaume Uni, 5 % en Chine, 6 % au Brésil…

Les ressorts de cette accélération sont identifiés : il s’agit de la flambée des prix des matières premières industrielles et agricoles qui battent tous les records, et du renchérissement du pétrole, deux fois plus cher qu’au début de 2009.

Ces ressorts ont malheureusement peu de chances de se relâcher à court terme. Les prix des denrées agricoles sont au plus haut du fait des mauvaises récoltes dans l’hémisphère sud. L’augmentation des prix des produits industriels de base est certes amplifié par la spéculation, mais le rapport entre l’offre et la demande est déséquilibré par les besoins des pays émergents et par les faibles stocks. Quant au pétrole, le cours pivot de l’année devrait tourner autour de 100 dollars le baril.

Vu le poids de l’alimentation dans les dépenses des ménages polynésiens, cette inflation va accentuer la paupérisation de nombreuses familles. Reste à savoir si le commerce d’importation alimentaire va jouer sur ses marges plantureuses pour ne pas répercuter ces hausses au détail. De plus, en raison d’un chomage très important, la probabilité d’une transmission de la hausse des prix aux salaires est quasi nulle. On risque donc d’obtenir la pire sorte d’inflation : celle qui ponctionne lourdement le pouvoir d’achat.

Décidément, les ménages polynésiens seront sérieusement à la peine en 2011. Heureusement que dans un éclair de lucidité, les élus de l’Assemblée de Polynésie française ont souhaité stabiliser les prélèvements fiscaux dans le cadre du vôte du « bon » budget. Sinon, l’addition de ces facteurs négatifs pour le pouvoir d’achat n’aurait pas été acceptée par les polynésiens.

D’autre part, le thème de la sécurité alimentaire redevient prioritaire : faute de champs de blé et de troupeaux de bovins, la Polynésie devra consolider sa production alimentaire spécifique, notamment en faisant une plus large place aux produits de la mer et en redécouvrant certains produits tropicaux traditionnels. A la condition que les producteurs fassent de gros efforts de productivité pour que ces produits soient plus accessibles aux ménages disposant de faibles revenus. Les services de la pêche et du développement rural devront les accompagner dans ce sens.

Par contre, produire des produits agricoles de pays tempérés à des coûts et des prix trois fois supérieurs aux prix des produits importés, pourtant « surmargés » ( pommes de terre, carottes, choux fleurs…) est clairement une impasse. Que notre ministre de l’agriculture ne persiste pas dans cette erreur de la « souveraineté » alimentaire à tout prix.

Publicités

Responses

  1. Tout a fait d’accord Hiro, sur ta dernière remarque, il est temps que nous intégrions l’impérative nécessité de la compétitivité, sinon ce sera toujours l’accentuation subventionnée de nos défaillances économiques structurelles au détriments des plus démunis et des réelles opportunités de développement. En somme nous devons aujourd’hui faire les choix, jamais réalisés auparavant, soutenir a coup de milliards des économies sans avenir ( solidarité masquée dont la légitimité n’est pas avérée) ou investir dans des secteurs compétitifs et porteurs.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :