Publié par : hirofarepote | septembre 7, 2010

pseudo haut débit en Polynésie : le marketing en escalier de Mana

On pourrait dire : tout ça pour cà ?

Le cable à haut débit a accouché d’une souris… mais le marketing en escalier de Mana a masqué la souris !

Les cogitations de plusieurs mois des experts es télécoms du conglomérat monopolistique qui régit encore nos vies numériques ne m’ont pas démenti.

En effet, là aussi, mon billet  » que nous réserve honotua ?  » était prémonitoire. Mana nous a fait le coup du minimum syndical en matière de progrès numérique : un » haut débit » bridé pour un prix encore inaccessible pour une large partie de la population.

Résumons, grosso modo, le marketing en escalier de Mana :

  • le « vieux faible » débit (  512 ko) à un prix juste accessible pour la majeure partie de la population. Pour cette dernière, l’investissement de plus de 9 milliards du conglomérat est quasiment inutile, puisqu’on lui recycle une vieille offre à la moitié du prix ( on solde…) ;
  • le haut débit en trompe l’oeil ( 1 méga) au prix du « vieux faible débit » pour ne pas frustrer ceux qui payaient auparavant un peu plus de 8000 F CFP par mois d’abonnement… et pour conserver cette somme ;
  • le début de vrai haut débit pour des prix inabordables pour la classe moyenne, question d’augmenter les recettes de Mana.

Le calcul sous jacent semble être le suivant :

  • gagner de nouveaux clients sur le bas de gamme ( ou l’entrée de gamme c’est « marketingement » plus correct…)
  • ne pas perdre de recettes sur le coeur de cible ( l’abonnement à plus de 8000 F CFP mensuels) ;
  • gagner des recettes supplémentaires pour ceux qui étaient frustrés jusqu’à présent et qui avaient hâte d’accéder à un début de haut débit ( 2 mégas) en payant le prix fort.

Ce n’est pas Mana qui s’est « coltiné  » l’investissement du cable haut débit, mais c’est Mana qui en perçoit les dividendes par une hausse continue de ses recettes à venir… Génial !

Gageons, comme au bon vieux temps du monopole que, tous les 6 mois, Mana déploiera son plan marketing habituel en distillant des avancées à petits pas vers le haut débit par une baisse maitrisée et programmée de ses tarifs, question de faire croire à une démocratisation de l’accès au numérique.

De plus, comme Viti ne mérite pas son nom ( ha’a viti viti pai…) , la concurrence ne sera pas redoutable. On peut même supputer, comme certaines mauvaises langues le disent, que la tutelle  » a créé » un concurrent qui ne ruera pas trop dans la rente de situation de Mana… Une « concurrence maitrisée » en quelque sorte.

Avec ce genre de calcul et de marketing, ce n’est pas demain la veille que la fracture numérique cessera en Polynésie française.

Tout çà pour çà !

Publicités

Responses

  1. Nous sommes beaucoup à être déçu par ces offres. On a fait tout ce remue ménage pour ça ! Comment justifier un investissement de 9,5 milliards juste par un doublement des débits alors qu’il pourrait être multiplié par 10, voire par 20. Les tarifs, quant à eux restent comme même très élevés bien qu’ils aient baissé de – 20% à 60 %. On nous dit que ce sont les premières offres et qu’il vont s’enrichir par la suite en fonction de la concurrence.

    La concurrence, parlons-en. Les abonnements de Viti seront conditionnés au bon vouloir de l’OPT car ce dernier fixera le prix de l’interconnexion au câble Honotua. S’il est élevé, il est évident que les abonnements de Viti ne seront pas compétitifs par rapport à ceux proposés par Mana.

    Quand va t’on voir apparaître un service de régulation indépendant de l’OPT ? Est-ce normal que ce sont les mêmes acteurs économiques qui fixent le prix de l’interconnexion et qui sont concurrents du futur fournisseur d’accès à internet ? Il y aura forcément un conflit d’intérêts car l’OPT va vouloir maintenir ses confortables marges ! Bien sûr, tout ceci va se faire au détriment des intérêts des utilisateurs !

    Dès le départ, le jeu de la concurrence risque d’être faussé tant que l’OPT détient toutes les cartes dans ses mains. Viti risque de jouer qu’un rôle de pantin.

    • Bonjour Dragoon,

      Merci pour tes commentaires judicieux.

      Nos monopoles ou oligopoles locaux plombent complètement notre compétitivité et notre attractivité auprès des investisseurs par des logiques où les consommateurs locaux sont considérés comme des vaches à traire. Nous, on n’a pas le choix, mais les entreprises qui vivent dans l’économie numérique, les investisseurs et les touristes eux, ont le choix…et ils votent avec leurs pieds… La preuve : ils se font rares ou sont aux abonnés absents : il y a tellement d’autres pays qui ont des coûts tellement plus bas….Quant est ce que nous reviendrons dans la réalité… économique ?


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :